La tomate

Accueil > L’actu > La tomate

La tomate est originaire des Andes, en Amérique du Sud. L’ancêtre de l’espèce cultivée pourrait être la tomate cerise. Elle aurait été introduite en Amérique centrale et au Mexique à une époque préhistorique, soit il y a plus de 2 000 ans. Elle a été adoptée dans l’alimentation des Aztèques qui, par sélection, ont obtenu de nombreuses variétés. Les aztèques utilisaient déjà la sauce tomate.

Les Espagnols et les Italiens ont été les premiers à l’adopter comme aliment. Il faudra attendre tout de même deux siècles avant de la voir figurer dans un livre de cuisine. La tomate arrive en Italie en 1596, mais ne trouve les conditions climatiques favorables à sa culture que plus tard dans le Sud du pays.  Ce n’est qu’au XVIII ème siècle que, grâce à des sélections et des greffes, sa couleur passe alors de l’or original, au rouge actuel. Les Italiens effectueront un travail considérable de sélection dans le but d’obtenir des fruits plus gros, plus lisses et à la peau plus épaisse. Ils mettront au point une technique efficace pour les sécher au soleil.

Les caroténoïdes sont des antioxydants efficaces. Parmi eux, le lycopène dont la tomate est riche, semble être l’un des plus efficaces. Les tomates et les produits dérivés de la tomate contiennent différentes quantités de lycopène selon le processus de transformation qu’ils ont subit. À titre d’exemple, à quantités équivalentes, les tomates séchées ou la sauce tomate contiennent respectivement 6 et 4 fois plus de lycopène que les tomates crues. Bien évidemment la teneur en lycopène des tomates crues diffère selon leur maturité et leur type. Des tomates cueillies bien mûres ou la tomate San Marzano présentent des teneurs plus élevées que leurs consoeurs.

Les composés présents dans les produits à base de tomate augmenteraient la résistance des cellules à l’oxydation et préviendraient ainsi le développement le cancer de la prostate, l’un des plus fréquents chez l’homme. D’autres études indiquent des effets bénéfiques sur d’autres types de cancer, mais le rôle du lycopène n’est encore pas forcément bien compris. Les chercheurs supposent que le lycopène ne serait pas l’unique composé responsable de ces effets. Il agirait en synergie avec d’autres composés présents dans la tomate, dont d’autres caroténoïdes. Des effets positifs ont également été identifiés dans la réduction de l’incidence des maladies coronariennes.

A noter que l’eau végétale des tomates est particulièrement riche en anti-oxydant. Cette eau est retirée de la grande majorité des sauces vendues sur le marché. Nous avons sélectionné pour vous une sauce tomate et des tomates pelées réalisées avec leur eau végétale.

Laisser un commentaire