Une étude menée pendant 20 ans sur les biomarqueurs confirme l’intérêt de la diète Méditerranéenne

Accueil > L’actu > Une étude menée pendant 20 ans sur les biomarqueurs confirme l’intérêt de la diète Méditerranéenne

Un public large et pertinent

Un large public pertinent

L’étude a duré vingt ans et a été menée dans en Italie et plus particulièrement en Toscane où ce type d’alimentation est assez central pour ses habitants. Ont été observés 1100 personnes, de plus de 65 ans. Les chercheurs sont issus de trois Universités, l’Université de Barcelone, et d’autres américains et italiens. L’article publié en fin 2021 dans la revue BMC Medicine fait état de leurs conclusions. Le but : étudier d’éventuelles relations entre le type de régime alimentaire et la mortalité, ainsi que celle associée à certains types de maladies.

Une approche innovante et intéressante

Biomarqueurs

Afin d’avoir des paramètres objectifs, cette population a été suivie par des prélèvements de sang et d’urine réguliers. Ont été recherchés dans les échantillons, la présence de certains des principaux biomarqueurs du régime méditerranéen tels que les polyphénols urinaires totaux et le resvératrol, les caroténoïdes, le sélénium, la vitamine B12, l’acide linoléique, les oméga-3 ainsi que le rapport entre monoinsaturés et acides gras saturés dans le plasma. 

Pas mal d’enquêtes mises à mal

Les réponses aux questionnaires sur les habitudes alimentaires, réalisés en parallèle par les participants, se sont révélées très peu fiables et peu liées à la présence de biomarqueurs. Et ceci même lorsque les personnes déclaraient avoir un régime classable comme méditerranéen, aucun lien significatif n’émergeait d’un point de vue statistique, prouvant à quel point il est risqué de se fier, comme c’est le cas dans de nombreuses études, uniquement à ce que les participants disent manger ou boire.

Des résultats convaincants

Des aliments sains

Les chercheurs ont ensuite corrélé ces données avec le régime alimentaire déclaré et avec les taux de mortalité généraux et spécifiques. Ils ont ainsi vu que 435 décès étaient survenus au cours de la période d’observation, dont 139 de maladies cardiovasculaires et 89 de tumeurs. La mortalité générale était plus faible chez ceux qui avaient régulièrement de plus grandes quantités de métabolites associés au régime méditerranéen. Le même type d’association positive existe avec la mortalité par maladies cardiovasculaires, mais pas avec celle attribuable au cancer.

En conclusion

Selon les auteurs, avoir identifié des métabolites facilement quantifiables et les associer à la mortalité a deux types de conséquences : d’une part, cela confirme les bienfaits de ce régime, notamment sur les maladies cardiovasculaires et sur la longévité, et d’autre part, cela peut suggérer, que sur la base du dosage de ces indicateurs, il est possible de corriger les régimes alimentaires les plus déséquilibrés pour les ramener dans la fourchette normale et, espérons-le, dans des valeurs liées à une prolongation de la vie.

Des produits à acheter en ligne ou à découvrir en Dégustation

Et pour cuisiner selon ces indications, Saporissimo vous propose une sélection de produits artisanaux et naturels qu’il vous est possible d’acheter en ligne ou de découvrir lors de Dégustations vente.

Laisser un commentaire